Skip to main content

Rémi Devivier,
Expert-comptable associé, Groupe Numéral

Pouvez-vous présenter le Groupe Numéral ?

Le Groupe Numéral est un cabinet d’expertise comptable fondé en 1990, et situé en Champagne. Nous sommes aujourd’hui une soixantaine de collaborateurs, répartis dans cinq villes : Reims, Troyes, Chalons en Champagne, Epernay et Chaumont. Nous accompagnons 1700 clients sur ce territoire et jusque dans l’est de la région parisienne.

Depuis combien de temps diffusez-vous MEG (Mon Expert en Gestion) ?

Nous sommes des clients de longue date des outils de gestion RCA, notamment de « Prévisionnel ». Nous avons utilisé le module Facturation de MEG dès ses débuts, et la version premium dès qu’elle sortie en 2018. MEG s’inscrit en effet pleinement dans notre stratégie numérique au niveau du Groupe.

Pourquoi avoir mis en place cette stratégie numérique ? En quoi consiste-elle ?

La profession comptable se transforme progressivement avec le digital, ce n’est un secret pour personne. Ce qui nous distingue, c’est que nous nous sommes très tôt organisés pour accompagner et anticiper ce changement. Et ce, notamment en raison de notre croissance externe.

En effet, en plus de notre croissance organique, nous avons également grandi par étapes d’acquisitions en intégrant les cabinets Bien & Associés en 2002, AFC Conseil en 2010, et Mussy à Chaumont en 2020. S’est alors posée la question de notre identité, en tant que marque. Nous voulions porter une parole unique, parler d’une seule voix.

En 2015, toutes ces entités juridiques ont été réunies sous une marque unique, qui n’a pas été choisie par hasard : « Numéral ». Le numérique nous a permis de créer un lieu d’expression, une caisse de résonance pour cette nouvelle marque, auprès de nos cibles.

Avez-vous été accompagnés dans cette vision stratégique ?

Gilles Burysek, un consultant spécialiste du marketing digital et de la communication, nous accompagne depuis 2014. Sous son impulsion, nous avons très tôt sensibilisé les collaborateurs au virage numérique.

Quels processus numériques avez-vous déployés ? 

Nous avons d’abord déployé des scanners chez tous nos clients, depuis 2016 – 2017. La dématérialisation nous est apparue comme une évidence, pour une meilleure productivité de tous.

Et MEG est rapidement devenu un axe fondamental. Nous l’avons choisi car c’est un logiciel résolument collaboratif, qui apporte de la sérénité, un contact permanent entre le client et le cabinet.

« MEG est un logiciel résolument collaboratif »

Le numérique est votre nouvel ADN ?

Oui, et le travail collaboratif aussi : tous les mois, les cadres du groupe se réunissent dans un comité marketing. Ensemble, nous structurons le marketing de nos offres, nous développons également la newsletter du cabinet, le blog, les réseaux sociaux …

MEG s’inscrit dans cette identité numérique que vous avez mise en place ?

Tout à fait, d’autant plus que la plateforme fonctionne en marque blanche. Aux yeux des clients, le portail s’appelle « Numéral Connect » : un espace qui leur est familier puisqu’il est le reflet de leur cabinet.

Vous dites avoir très tôt sensibilisé l’interne du cabinet au numérique. Avez-vous rencontré des résistances ?

Oui, par moment chez certains collaborateurs, et pas forcément les plus âgés… Les usages numériques sont venus bouleverser les habitudes de travail des individus.

Avez-vous structuré une équipe pour mener cette mission ?

Tout à fait. Deux référents numériques sont en charge de déployer les solutions chez les clients, dont MEG. Trois data controlers veillent à l’intégrité et la cohérence des données. Pour ma part, je suis en charge du pilotage global du projet numérique pour le Groupe, avec l’appui de Gilles Burysek. Toute cette équipe est au service des clients et des collaborateurs.

Combien de clients avez-vous passés sur MEG ?

Nous avons ciblé 560 dossiers au total à passer sur MEG : des TPE, avec des dirigeants que nous pensons réceptifs aux avantages offerts par la solution… et qui ne sont pas proches de la retraite, pour pouvoir en tirer les bénéfices sur le long terme.

Nous avons déjà installé 226 dossiers, soit presque la moitié. Nous visons 80% du déploiement pour 2023.  

Et pour vos nouveaux clients : quelle est votre approche ?

Nous refusons les nouveaux clients qui refusent d’adopter la plateforme MEG.

Comment procédez-vous pour convaincre les clients d’adopter l’outil ?

Nous avons structuré une démarche commerciale : campagne email, appels téléphoniques… Nos collaborateurs sont nos premiers ambassadeurs de MEG auprès de nos clients. Nous avons donc eu l’idée d’un challenge interne pour les intéresser directement dans cette démarche de diffusion. 

Quels sont les retours des clients que vous avez passés sur MEG ?

Tous sont satisfaits, y compris ceux qui n’ont pas une appétence poussée pour l’informatique au départ.

Nous avons par exemple une cliente fleuriste, en zone rurale, qui réalise des prestations pour des communes : nous l’avons alertée sur le fait qu’elle était désormais obligée de transmettre des factures sous format électronique à tous ses clients publics. Elle était perdue … Nous lui avons proposé le module facturation de MEG, qu’elle a très vite adopté. Elle nous dit que cela a changé sa vie !

Sa facturation est facilitée, mais le dépôt de ses pièces également. Cela lui évite des déplacements et des kilomètres inutiles. « Lorsque je viens vous voir désormais, c’est pour une raison vraiment importante : pas pour déposer des papiers ! », nous a-t-elle dit récemment.

Pourquoi avoir choisi MEG, et pas une autre solution du marché ?

Plusieurs raisons nous ont poussés à choisir MEG :

  • L’excellent niveau d’assistance de RCA, qui apporte beaucoup de sérénité.
  • L’engagement absolu de RCA auprès des experts-comptables : RCA ne proposera jamais ses offres en direct à nos clients, comme le font d’autres éditeurs du marché. Cela a énormément de valeur à nos yeux.
  • Le fait que MEG fonctionne en marque blanche : cela conforte notre image de marque.
  • Et enfin le fait que RCA soit un acteur français, qui stocke les données des entreprises dans des serveurs en France, a pesé dans la balance. Cela contribue à sécuriser ce tournant numérique.

« Le fait que RCA stocke les données en France a pesé dans la balance »

Quelles sont les clés d’un déploiement réussi de MEG ?

Il faut bien accompagner le client, surtout au démarrage : écouter ses besoins, paramétrer au mieux la solution, le former, proposer des rendez-vous de suivi… Il faut absolument être proactif avant qu’il ne rencontre des problèmes. Le risque est qu’il se braque ! Nous avons fait quelques erreurs au démarrage.

Nous proposons deux webinaires MEG par mois, ouverts à tous nos clients. Les participants sont toujours au rendez-vous.  

Vous participez au Club des Experts en Gestion, qui rassemble les plus fervents utilisateurs des logiciels RCA, en particulier de MEG. Qu’en attendez-vous ?

Je suis très en phase avec les axes de travail du think-tank : la vision, les outils, les méthodes et l’ouverture. Nous allons être à la source des améliorations de MEG, et échanger avec nos pairs sur nos différentes approches. J’en attends des échanges nourris, de l’ouverture d’esprit. Dans un esprit convivial, comme toujours chez RCA.

Qu’attendez-vous de MEG dans les prochaines années ?

Je souhaite que MEG continue de nous permettre de « lutter à armes égales » contre les nouveaux acteurs de la comptabilité en ligne ! Et qu’il nous aide à préserver notre clientèle de TPE qui pourrait être tentée par leurs promesses. Car avec le digital, l’expert-comptable apporte plus que jamais une immense valeur ajoutée aux TPE.

« Je souhaite que MEG continue de nous permettre de « lutter à armes égales » contre les nouveaux acteurs de la comptabilité en ligne »

Et quelles sont vos attentes à l’égard de RCA ?

RCA nous a présenté son projet de plateforme Hub, qui donnera aux clients une seule porte d’entrée pour toutes nos missions et nos offres : MEG, MEG RH… Pour moi, cette vision de porte d’entrée unique est l’avenir. J’ai hâte de voir cette offre se concrétiser ! 

Comment voyez-vous l’évolution de votre profession ?

Notre mission n’est plus désormais de produire des bilans quelques mois après la fin de l’exercice mais de permettre à nos clients de disposer d’indicateurs clés en quasi temps réel afin de pouvoir anticiper et prendre les bonnes décisions au bon moment. D’ailleurs, nous sommes en train de lancer de nouvelles prestations de conseil…

Vous avez été primés en décembre 2021 lors du Trophée Numérique de l’Aube. Qu’est-ce que cette récompense représente à vos yeux ?

Tout à fait : ce trophée a été créé par l’association Perspectives Numériques, qui œuvre pour le développement du numérique dans le département, en partenariat avec la CCI de l’Aube. Je le vois comme la récompense de notre volontarisme et des efforts quotidiens de tous nos collaborateurs !

Interview réalisée par Marine LEVESQUE, journaliste

Rester informés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouveautés.

RGPD(Nécessaire)