Skip to main content

Eric Ribreau,
Expert-comptable – Fondateur d’Exosept Consulting

Pouvez-vous nous présenter Exosept ?

Nous sommes un cabinet d’expertise comptable d’une dizaine de personnes, situé dans les Yvelines. Nos clients sont très variés en termes de tailles et de secteurs d’activités.

Depuis combien de temps diffusez-vous MEG RH ?

Nous faisons certainement partie des tout premiers clients de MEG RH, car nous essayons de diffuser la solution depuis septembre 2020, mois de lancement de la solution par RCA, de mémoire.

Auprès de quels clients diffusez-vous la solution en priorité ?

L’idée est de proposer MEG RH aux TPE qui ont entre 1 et plusieurs dizaines de salariés. La solution est parfaitement adaptée à ce type de clients.

Extrêmement séduit par la solution, au démarrage j’ai fait l’erreur de la  proposer à des structures de type groupe de sociétés avec une holding et un certain nombre de filiales (entreprises multi-sites, avec plusieurs SIREN)… Ce fut un grand moment de solitude pour moi lors du déploiement de la solution.

Avec l’aide de RCA, et de Mickael Benard tout particulièrement que je remercie ici, j’ai alors découvert le partenariat que MEG RH avait bâti avec isiRH : une solution similaire, plus complète et adaptée aux groupes de sociétés. Depuis, je diffuse donc les deux solutions en fonction de la typologie ou la taille des clients.  

Quelles sont les difficultés des chefs d’entreprise que MEG RH permet de pallier ?

Dans les TPE, les questions RH sont souvent gérées par les chefs d’entreprises eux-mêmes, en bricolant des outils intuitifs mais peu évolutifs. Et ils sont souvent déjà bien occupés sur les autres domaines de leurs activités (production, commercial…).

« La gestion RH est souvent le parent pauvre dans les TPE »

Faute de temps, cela se limite à l’essentiel : la production d’un contrat de travail, et de la paie.

La gestion RH est souvent le parent pauvre dans les TPE.

Comment MEG RH permet aux TPE de s’emparer de ce sujet ?

Dans un premier temps, en leur faisant gagner un temps considérable sur ce qu’ils font déjà : la gestion des temps et la gestion des éléments de paie.

Sans outil performant, ce sont des tâches fastidieuses : collecter les informations sur les absences des salariés (congés maladies, congés payés…), parfois au compte-goutte, par téléphone, par email avec un risque d’erreur évident.

La solution MEG RH permet de structurer la fonction RH dans les entreprises. La collecte des informations indispensables à la production de paie est ainsi facilitée, avec un traitement au fil de l’eau des différents événements (absences de toute nature, les plannings, les primes et commissions).

Les dirigeants de TPE peuvent ainsi aller plus loin et développer une véritable gestion RH en proposant des outils innovants dans le monde de la TPE, et bien évidement  en s’appuyant sur les méthodes et outils de MEG RH.

Quelles sont les marges de progression des TPE en matière de gestion RH ?

Les marges de progression sont très importantes.

Un outil comme MEG RH permet de structurer en profondeur les relations entre l’entreprise et ses salariés. Et cela concourt à renforcer la marque employeur de l’entreprise.

Par exemple, chaque salarié dispose de son coffre-fort numérique, qui centralise ses bulletins de paie, son contrat de travail, ses informations personnelles… L’outil permet également de générer facilement des attestations (ex : certificats de travail), dont les salariés ont occasionnellement besoin.

Via l’outil, on peut également donner accès au règlement intérieur, mettre en place une procédure sérieuse d’onboarding des nouveaux salariés… Cela compte lors des premiers contacts entre un salarié et sa nouvelle société !

« Rien de tout cela n’existait avant dans les TPE » 

Jusqu’ici, on voyait ces solutions plutôt dans les très grosses entreprises. Rien de tout cela n’existait avant dans les TPE !

MEG RH est également une ressource clé au moment des entretiens annuels, avec des outils clés en main à disposition. Beaucoup de petites entreprises négligent, à tort, ces moments forts de la vie des salariés.

Une bonne gestion RH, c’est aussi un facteur de fidélisation des salariés ?

Oui, d’autant plus dans un marché du recrutement tendu, et où les TPE sont à la peine pour recruter et fidéliser.

Avec un outil comme MEG RH, une TPE renvoie une image d’entreprise dynamique et bien gérée. Les salariés et candidats sont certainement confortés quand ils constatent que des procédures sont en place avec des outils RH adaptés.

Comment réagissent les patrons de TPE lorsque vous leur présentez l’outil ?

L’engouement des chefs d’entreprises est systématique et très fort. Pour moi, c’est le signe de la carence dont ils souffraient jusqu’ici en matière d’outils de gestion RH.

Quels sont les impacts de MEG RH sur votre cabinet ?

La solution nous permet d’aller plus loin dans notre offre de valeur. Elle fait bouger le positionnement du cabinet.

« MEG RH fait bouger le positionnement du cabinet »

Au-delà de la gestion de la paie, nous sommes désormais force de proposition dans la gestion RH qui n’était pas notre cœur de métier au départ. En étoffant la palette de services apportés, nous accroissons de facto la fidélisation de nos propres clients.

Avez-vous une procédure d’onboarding particulière pour vos clients qui adoptent MEG RH ?

Une fois qu’un chef d’entreprise est intéressé par la solution, il faut accompagner le client dans la mise en place de la solution et la formation des utilisateurs. Cette phase est incontournable pour garantir le succès de la démarche. Je m’occupe personnellement de cette étape pour assurer et maîtriser le déploiement progressif de la solution auprès de la clientèle. Ce sont plutôt des moments sympathiques d’échanges sur des sujets pour lesquels nous ne sommes pas forcément attendus par les clients. 

Combient de temps dure cet onboarding ?

J’estime que la formation prend au mimimum une demi-journée dans l’ensemble par entreprise cliente. C’est donc un investissement important mais indispensable.

Je refais le point systématiquement un mois après le début de la prise en main, pour vérifier que tout se passe bien et pour organiser si besoin de nouvelles formations en visio ou présentiel.

Sur les groupes de sociétés, le plan de formation est plus long, certainement récurrent, et sans doute générateur de facturation complémentaire pour le cabinet.

De la gestion de la paie à la gestion RH : comment se vit cette transformation côté cabinet ?

C’est une vraie évolution. À titre personnel, je n’avais aucune appétence pour la gestion de la paie ! Mais avec l’arrivée de MEG RH, la fonction  RH me passionne de plus en plus, en interne comme chez nos clients. Encore plus aujourd’hui avec les difficultés de recrutement sur l’ensemble des activités.

On se détache des aspects purement techniques et déclaratifs de la paie. On prend certainement plus de recul en se concentrant sur l’aspect plus humain des relations au sein des entreprises.

Comment vos collaborateurs ont-il vécu cette nouvelle dimension du métier, au contact de MEG RH ? 

Comme à chaque changement, certains ont exprimé des réticences. J’ai donc pris le temps de les sensibiliser, de les former. Je pense que MEG RH joue aussi le rôle d’outil de formation de nos collaborateurs. Ils apprécient désormais cette nouvelle facette du métier.

« MEG RH joue le rôle d’outil de formation de nos collaborateurs »

Quelle est votre vision de l’avenir du métier d’expertise-comptable ?

Je suis très technophile par nature. Pourtant, il y a dix ans, j’aurais parié sur le fait que la digitalisation signerait la mort de notre métier. L’arrivée de la reconnaissance optique des caractères (OCR), par exemple, dans notre profession éminemment déclarative, pouvait s’apparenter à une menace…

Mais dix ans après, j’ai compris que ces outils digitaux puissants servent la transformation de notre métier.

Dans quel sens ?

Tous ces outils restent avant tout des outils. Par contre, s’ils peuvent nous faire gagner du temps sur des travaux ou des tâches sans valeur ajoutée pour le client et le cabinet, il faut alors s’en réjouir.

La mécanisation ou la digitalisation des flux de toute nature dans une entreprise nous permettent de consacrer plus de temps à la relation client, d’être plus à son écoute pour lui permettre de répondre plus efficacement à ses besoins.

Les volumes traités, la distance ne sont plus des problèmes grâce à ces outils, surtout pour les petits cabinets comme le mien.

Ne perdons pas de vue que l’essentiel n’est pas la quantité d’outils mis à disposition du client, mais  la relation de confiance gagnée par le cabinet auprès de celui-ci. Pour gagner et entretenir cette confiance, la qualité des outils est essentielle.

Je pense que le plus grand challenge de notre activité est de gagner du temps en amont (dans le traitement de la donnée financière), pour consacrer plus d’énergie dans la restitution de ces données au chef d’entreprise : de l’information pertinente, utile pour le pilotage de son activité, en quasi temps réel.

Je suis le premier surpris en récupérant ces dernières années des clients importants auprès des grands cabinets notoirement connus. Le constat est à chaque fois le même sur l’origine de la rupture : la perte de confiance ou de lien dans la relation client avec le cabinet.

Mais il est clair que nous pouvons aujourd’hui récupérer cette typologie de client parce que nous disposons aujourd’hui d’une technologie efficiente permettant d’accéder à des ressources en progression constante.

La quantité disponible de ressources technologiques et humaines étaient l’apanage des grands cabinets pour ce type de client dans le monde d’avant. Ce n’est plus le cas.

Je suis donc rassuré et très enthousiaste sur l’évolution de notre métier.

L‘humain et la digitalisation ne sont donc pas antinomiques ?

Au contraire ! Lorsque je rencontre mes clients, ils me parlent de leurs problématiques, de leurs projets… Nous pouvons creuser en profondeur les sujets, qu’ils soient de nature financière, comptable, commerciale, patrimoniale ou RH.

Dans un monde de plus en plus digital, l’humain retrouve une place centrale et nous nous reconnectons réellement avec nos clients.

« Dans un monde de plus en plus digital,l’humain retrouve une place centrale »

Si vous deviez résumer MEG RH en trois mots, lesquels choisiriez-vous ?

Innovant.

Structurant.

Valorisant.

Interview réalisée par Marine LEVESQUE, journaliste

Rester informés

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouveautés.

RGPD(Nécessaire)